AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter pour le forum et de up le sujet bazzart. On compte sur vous ♥
Merci de privilégier les bizuts !

La tête pense, le cœur sait - EVA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Devenir un Ciscan :: Dossier d'admission :: Les dossiers validés
avatar
Soeur Parks
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 31/07/2016
age : 27
messages : 101 Localisation : San Francisco
MessageSujet: La tête pense, le cœur sait - EVA Mar 16 Aoû - 17:34



Eva Elizabeth Dawson


Cisco Show & you ?

Je dirais bien que j'en ai rien à foutre de Cisco, que je suis trop mature pour ces conneries ... mais ce serait mentir. Comme tout le monde - même ceux qui diront le contraire, je prête une oreille lorsque l'émission passe. Comme tout le monde, j'écoute les ragots qui sont diffusées et ensuite, j'en parle avec mes copines. Jusque maintenant, j'ai été assez tranquille. Il m'a laissé en paix, se contentant de m'évoquer comme étant la nouvelle venue avec un gosse. Cela ne me gêne pas. Par contre, si il venait à dire que Mycroft est le père de mon gamin, ça m'affecterait autrement. Ici, personne ou presque n'est au courant...  



Why this choice ?

Durant six ans, j'ai décidé de m'arrêter. J'ai terminé mon année et j'ai été diplômée mais contrairement à beaucoup de mes camararades et contre la volonté de ma famille, je n'ai pas été à l'université. J'avais dix-neuf ans et l'avenir devant moi lorsque je suis tombée enceinte. Aujourd'hui, mon fils est devenu grand. Il a six ans et est entré à l'école primaire en septembre 2015. J'ai sauté sur cette ocassion pour reprendre ma vie en mains et arrêter de dépendre de mon grand-père, en tout cas, c'est dans cette optique que j'ai repris mes études dernièrement. J'ai entamé des études de communication, ce choix s'imposait à moi. Ayant grandi dans l'univers de la mode,du luxe et des strass, j'ai fréquenté beaucoup d'évènement de qualité. Passionnée de mode, j'imagine pouvoir créer mes propres collections dans la maison de couture de mon grand-père et organiser en parallèle le défilé et bien d'autres événements. Je le sais, je marche dans les pas de mon Grand-père mais je ne prétends pas avoir son talent. Vous n'avez jamais entendu parler de lui ? Je suis sûre que si. Georges Dawson le PDG de Dawson Corporation. Il dirige d'une main de fer son entreprise et ses filliales, il est également rédacteur en chef d'un magazine  qui est, lui aussi, consacré à la mode. Vous voyez, c'est pas n'importe qui le papi. A New-York, c'est un peu le roi et tout le monde s'arrache ses créations. Il est clair que si j'avais suivis mes études dans cette ville, son ombre aurait constamment planée au dessus de ma tëte. Je ne voulais pas que ça se passe comme ça et j'ai donc décidé de venir m'installer à San Francisco. Je ne dis pas que personne ne le connait ici mais je pense être plus tranquille que dans la ville où il a monté son empire. Les études en communications sont donc pour moi la parfaite alternative pour combiner mes deux passions, la mode et les évènements.

J'ai également choisi d'intégré une fraternité. J'ai longuement hésité entre les Parks et les Warhol. La première pour son engagement et son humanisme, la seconde pour l'art, pour la mode, pour la liberté que cela peut représenté. La plupart des gens me plaçaient directement chez les Walton mais, malgré ma richesse, je n'ai jamais voulu représenté la fortune. Pour moi, la richesse ne fait pas la bonté d'une personne. Ce qui fait sa bonté et sa beauté, c'est les causes qu'elle défend, c'est l'ernergie qu'elle déploie pour faire de son mieux et pour venir en aide. Ouais, c'est suite à cette réflexion que je me suis rendue compte que ma place était toute trouvée chez les Parks. Comme tout le monde, j'ai postulé et l'on m'a demandé de réaliser une série de différents bizutages. J'imagine qu'ils ont été plus difficiles dans d'autres confréries parce que j'ai trouvé relativement facile à réaliser. C'est vrai qu'aller sortir les chiens d'un refuge en portant mes sous-vêtements par dessus mes vêtements s'est révélé être plutôt marrant. Je me rappelle aussi de la fois où j'ai dû manger des boites de conserves en compagnie de SDF mais encore une fois, je l'ai fait de bon Coeur.



Story of my life

Nous sommes en Mars 1990 à New-York, plus précisément dans la residence des Dawson. En ville, tout le monde connait cette famille et pour cause, le patriarche a su se faire un nom dans le milieu très hostile de la mode. Fan de la série télévisuelle "les feux de l'amour", George Dawson a un modèle bien précis, un exemple à suivre pour réussir dans la vie, Victor Newman. Et aujourd'hui il le sait, il est sur un même pied d'égalité que son maître fictif. Comme lui, il a monté une société qui cartonne, comme lui, il collectionne les femmes et fait chavirer les coeurs en gardant Elizabeth, son épouse, sous le coude. Oui, il est fier de lui Dawson, fier de sa réussite bien plus que de sa famille. Il n'a jamais été très proche des siens de toute façon et ça, beaucoup seraient étonnés de l'apprendre. Quand on lit ses interviews, il donne l'impression d'être un père et un mari present et aimant. C'est qu'il sait joué avec les medias le père Dawson. Il dirige sa famille et son entreprise avec la même sévérité, la même exigence. Père de trois enfants, deux fils et une fille, il ne s'attendait pas à l'annonce que sa femme allait lui faire ce jour-là. Elizabeth était dans tous ses états lorsqu'elle frappa délicatement à la porte du bureau de son mari, tentant de ne pas faire trop de bruit pour ne pas qu'il sursaute. Celui-ci l'invita à entrer, songeant qu'elle l'emmerdait une fois de plus avec des conneries, son regard glacial se posa sur elle et ses lèvres s'entrouvrirent. «Bien, je t'écoute. Pourquoi me deranges-tu donc en pleine journée de travail ?» La questionna-t-il sans même lui adresser un sourire. D'ailleurs, il ne doit même pas savoir ce que c'est qu'un sourire. «On a un problème Goerges, un gros problème.» s'empressa-t-elle de dire en se rapprochant de celui-ci. Si elle était perturbée et inquiète pour l'avenir de sa fille, elle savait que lui, sa seule préocupation serait la fuite de cette histoire dans la presse. Mais elle se devait de lui en parler. De toute façon, ils ne pourraient pas le cacher bien longtemps. Devant le regard insistant de son époux, elle entreprit de continuer. «Eléonore est enceinte. Elle avait été faire des test chez le médecin parce qu'elle se sentait pas bien, tu te rappelles ? Les résultats de sa prise de sang sont arrives aujourd'hui» Non, il ne s'en rappelait pas et pour cause, il s'en fichait complètement. Toutefois l'information ne fit qu'un tour dans son cerveau. «Je vais la tuer. Elle ne sait pas ce que ce genre de connerie peut engendrer.»

Georges prit la decision d'enfermer Eléonore au domicile, comme raiponse dans sa tour. Aucune sortie ne lui était autorisée et elle devait désormais suivre les cours à domicile avec un professeur particulier. Elle n'avait pas eu l'opportunité de salué ses amis une dernière fois et alors qu'elle recevait des coups de fil, il lui était interdit d'évoquer sa grossesse. Lorsque le bébé viendrait au monde, ils aviseraient et trouveraient une histoire à raconteur. Non, ils ne diront pas que leur gamine de seize ans s'est tappé le chef cuisto de la maison. D'ailleurs, le grand suédois a été viré de la residence dès que la gamine a eu le malheur de cracher son nom.

Les mois passèrent, le ventre de la jeune fille s'arrondissant avec eux. Bien sûr, elle aurait pu parler de sa grossesse dès qu'elle eu remarqué qu'elle n'avait plus ses règles mais elle savait qu'en procédant de cette façon, ses parents l'auraient fait avortée. Elle avait attendu plusieurs mois avant de laisser ses symptomes prendre le dessus sur elle-même. Le verdict avait été sans appel, enceinte jusqu'au coup. Eléonore approchait désormais de son terme, l'amour de sa vie, le père de cet enfant avait disparu dès qu'elle l'eu évoquer auprès de ses parents. «Casse-toi et ne reviens jamais, t'es pas digne de nous» avais craché le patriarche à ce dernier sans que sa fille ne soit au courant de rien. Et pour être certain que le suédois s'exécuterait, il lui avais refourgué quelques billets. C'était donc seule qu'Eléonore allait devoir s'occuper de l'enfant qu'elle portrait. C'était une petite fille et elle l'a mise au monde dans un des plus prestigieux hôpital de la ville. Elle fut entourée de sa mère durant l'accouchement, celle-ci se montra plus attentionnée que ce au'Eléonore aurait cru. Elle la conseilla, la soutenu et l'encouragea. Elle l'embrassa même, remit ses mèches de cheveux en place et s'occupa d'elle comme elle l'avait rarement fait. Le bébé fut à peine sorti que les infirmière se précipitèrent autour de la jeune mère après le lui avoir pose sur la poitrine «Comment on l'appelle ce petit trésor ? » Commença l'une. «C'est un beau bébé mademoiselle» continua la seconde. Elle était perdue, avait juste envie de leur demander de se calmer et de pleurer. Là, maintenant, son bébé posé sur elle, elle avait envie chialer. Elle se demandait soudainement ce que serait sa vie avec ce petit bébé tout rose. «Eva. Eva Elizabeth Eléonore» articula-t-elle au bord des larmes. Tout de suite, elle se tourna vers sa mère. «Oh maman, je sais pas quoi faire.» Sa mère se rapprocha, déposa un baiser sur le front de sa fille et n'articula que quelques mots «Aime la».

Un conseil qu'Eléonore tenta d'appliquer au mieux mais la vie d'une jeune mère célibataire n'est pas facile et pleine de défi. Il faut apprendre à faire passer son enfant avant soit-même, à le chérir et lui donner l'affection dont il a besoin pour s'épanouir correctement. Dans le cas d'Eléonore, son plus grand défi fut de se taire et de ne pas s'imposer dans l'éducation de sa propre fille. Eva devait grandir selon les règles imposées par Georges. Eva se devait d'être disciplinée et bonne à l'école, elle devait aussi être bonne dans les sports que Georges avait choisi pour elle; la gymnastique et la natation. Quand elle n'était pas au sport ou à l'école, Eva était à son cours de piano. Eva se devait d'être excellente et en bonne petite fille qu'elle était, elle se donnait du mal pour faire plaisir à son grand-père. Des efforts qui n'étaient jamais salués par ce dernier. Eléonore aurait aimé que sa fille n'ai pas la même enfance qu'elle. Elle aurait aimé lui donné plus de liberté et la laisser s'épanouir comme tous les enfants de son âge mais celle-ci était bien trop peureuse et n'aurait jamais osé se dresser face à son père. D'ailleurs, si elle l'avait fait, elles se serait retrouver à la rue. N'ayant pas fait d'études, n'ayant jamais travaillé de sa vie, elle aurait été incapable de s'en sortir et elle le sait. Alors elle s'est éteinte intérieurement, elle a arrêter d'exister et a laissé son père commander. Ce qu'il voulait, il l'avait. Après tout, elle ne pouvait blamer qu'elle seule de s'être retrouvée dans cette situation.

Eva avait huit ans lorsque sa mère lui présenta un homme. Il était grand, brun et un regard tendre. Eva su, presque instananément que c'était un homme bon, qu'il ne leur voulait que du bien. Sa mère se pencha dans sa direction, Eva vu apparaître un sourire qu'elle avait rarement vu sur le visage de sa maman alors forcément, elle était contente aussi. «Maman, est-ce que c'est mon papa ?». Sa mère prit une moue désolée, déposa sa main sur l'épaule de sa fille et fixa son regard dans le sien. «Non mon coeur. On en a déjà parlé, je ne sais pas où est ton papa.» Elle n'avait plus jamais entendu parler de lui et l'homme, bien plus âgé qu'elle était sans doute reparti dans son pays natal. Souvent, elle se demandait si il aurait aimé la connaître sa fille et si lui aussi, il l'aurait trouvé merveilleuse. Sans doute que oui, tout le monde fond devant Eva. «Je pensais que tu l'avais retrouvé. Mais c'est pas grave maman.» répliqua la petite fille, un peu déçue. Elle n'avait jamais eu l'opportunité de connaître son père, elle n'avait personne à qui ramené un cadeau lors de la fête des pères. Enfin si, il y avait bien Papi Georges mais ça n'est tout de même pas pareil. Surtout qu'il n'est pas toujours tendre avec elle. «Je suis désolée. Mais je suis sûre que tu t'entendra très bien avec Luke.» C'est à ce moment-là que l'homme se rapprocha à son tour. «Et puis si tu m'aimes bien, je pourrais m'occuper de toi comme un papa.» . Luke entra dans leur vie, et tenu sa promesse, considérant Eva comme sa propre fille. L'un des seul point négatif c'est que Luke n'arriva pas seul. Il emmena dans ses bagages un fils nommé Jamie et on ne peut pas dire que l'entente fut toujours bonne entre les deux enfants qui avaient pourtant presque le même âge. Heureusement pour Eva, Jamie ne se pointait qu'une semaine sur deux et la moitié des vacances scolaires.

Eva avait seize ans lorsqu'elle prit conscience que son physique serait l'un de ses plus grand avantage. Elle était d'une beauté évidente. Contrairement à beaucoup d'adolescentes, elle n'avait pas connu de période ingrate. Beaucoup de garçons se retrournaient sur elle, elle faisait chavirer les coeurs mais ne s'intéressait guère à ses prétendants. Elle avait même surpris son demi-frère louché sur elle à plusieurs reprises sans que cela ne la mette mal à l'aise. C'était plus marrant qu'embarassant et puis elle n'était pas du genre à voir la gravité des choses. Elle s'en amusait, sortait de la salle de bain uniquement vêtue de sa serviette, se pinçait les lèvres lorsqu'elle lui parlait. Ce jeu était amusant, parce qu'il lui était interdit. Elle n'avait jamais rien fait d'interdit Eva, elle avait toujours obéit. On allait quand même pas la punir parce qu'elle jouait. Puis de toute façon, c'était un crétin de queutard alors à part le faire saliver un peu, elle ne se voyait pas lui donner plus.

Mycroft fait irruption dans la vie d'Eva lorsqu'elle a dix-neuf ans. C'est le premier garçon qui arrive à susciter son intérêt. Elle le trouve intelligent, gentil et tombe profondément sous son charme. Elle est amoureuse Eva, elle le sait. Elle n'a pas tous les symptomes que l'on entend dans les films romatiques à deux balles mais au fond d'elle, elle le sent. Elle ne met pas longtemps à le conquérir, il aime les belles choses et c'en est presque trop facile. Un batement de cil, un décolleté plongeant et le voilà qui se retrouve dans le lit de la blonde. Ce n'est pas la première fois qu'elle couche avec quelqu'un mais c'est la première fois qu'elle fait l'amour. En tout cas, c'est de cette façon qu'elle voit les choses. Leur idylle dure quelques mois, pas assez pour obtenir un records mais suffisamment pour que la blonde se retrouve enceinte. Elle est heureuse et optimiste, c'est quand même merveilleux d'avoir un enfant avec l'homme que l'on aime. Elle est aussi un peu inquiète, inquiète de reproduire le même schema que sa mère et de se retrouver, comme elle, dependante de l'argent de son grand-père. Mais elle relativise, Mycroft sera là pour l'aider après tout. Elle eu à peine fini de pisser sur le batonnet du test, qu'elle s'empresse de lui téléphoner. Il répond pas. Puis elle réfléchit, ce serait quand même mieux de lui dire en face à face qu'au telephone, alors elle se ravise et préfère attendre qu'il se pointe. Elle lui prépare même une surprise, elle se donne du mal et souhaite lui annoncer sa grossesse d'un façon un peu original. Sauf qu'il ne se pointera jamais. Mycroft s'est tout bonnement volatilise, il est devenu un fantôme. Cette grossesse, elle va devoir l'assumer seule. Elle sait que c'est possible, sa mère l'a fait avant elle.

Seule dans la chambre qu'elle occupe dans la maison de sa mère et de Luke, Eva réfléchit à la meilleure solution possible pour le bébé. Se faire avorter n'en est pas une. Après tout, si sa mère avait opté pour celle-ci, elle ne serait pas de ce monde. Oh non, elle refuse de façon très clair de se faire avorter. Mais elle a besoin de parler de cette grossesse, besoin de se confier et naturellement, c'est auprès de sa mère qu'elle souhaitait trouver du réconfort. Silencieusement, elle quitte la chambre, attrapant au passage le test qu'elle avait quelques semaines plus tôt et qu'elle avait soigneusement garder. Elle descend jusqu'à la cuisine où l'odeur du gateau au chocolat lui chatouille les narines. Elle aurait dû être patissière sa mère. «Maman, je dois te parler. » Sans en dire plus, elle dépose le test sur le grand comptoir en marbre qui se trouve devant elle. et laisse son regard posé sur sa mère. Elle se retourne enfin, abandonne la crème qu'elle était en train de faire. Instantanément son regard se pose sur le test et son visage se décompose. «Ne me dis pas que tu es ...» «Enceinte. Je suis enceinte. » Seulement un peu plus d'un mois se reticent-elle d'ajouter. «Et le père ?» la questionne-elle aussitôt, curieuse de savoir qui est le responsible. Elle qui ne savait même pas que sa fille avait un petit ami. «Il est parti. Il sera comme moi ce bébé, il sera sans papa mais pas sans amour. » Eva sait que cela peut marcher. Après tout, c'est aujourd'hui une jeune fille équilibrée et heureuse alors elle est certaine qu'elle s'en sortira. «Je t'en prie Eva, fais pas la même bêtise que moi.» Tout de suite la colère monte en Eva, ou la tristesse, elle ne saurait pas trop différencier ces deux sentiments. Elle est triste et en colère, si bien que sa voix se fait un ton plus haut qu'à la normal. «Parce que c'est ce que je suis maman ? Une bêtise ?» Les yeux rougies, elle tourne rapidement les talons et s'empresse de rejoindre sa chambre.

La tête enfouie sous les oreillers, elle a envie de se couper du monde. D'oublier ce monde qui l'entoure. Elle a envie de crier. De frapper. Elle est dans tous ses états parce qu'elle n'aurait jamais cru que sa mère réagirait de cette façon. C'est à ce moment-là que trois coups se font entendre contre sa porte. «J'veux parler à personne» Mais Jamie n'obéit pas, ouvrant la porte pour venir s'asseoir sur le coin du lit de Eva. Je t'ai entendu crier, c'est pas ton genre Dit-il simplement. «Ta mère m'a dit. Je suis là si tu veux et si tu as besoin» Ce crétin de Jamie n'était peut-être pas si crétin que cela. Contrairement au reste de la famille, il fut remarquable et d'un soutien inébranlable. Si bien qu'elle lui demanda de devenir le parrain. A défaut d'avoir un père, il aurait un parrain. Un homme de confiance dans sa vie et vers qui se tourner.

"Depuis le 28 janvier 2010, j'illumine les jours de ma maman, écourte ses nuits, et remplis sa vie de bonheur ! Son passe-temps favori : me cajoler. Sloan Jamie Duncan Dawson, bébé à plein-temps. " Pouvait-on lire sur le faire part qu'Eva avait envoyé à ses amis et connaissance. N'ayant pas de nouvelles de Mycroft, elle a tout simplement décidé qu'il ne saurait jamais. Non, jamais elle ne lui dirait que ce cadeau du ciel, elle le lui doit.

Durant six ans, Eva prit la decision d'être maman à plein temps. Elle s'occupa de son fils, le gava d'amour et veilla à ce qu'il s'épanouisse. Bien sûr, elle voulait faire quelque chose de sa vie. Bien sûr, elle voulait s'épanouir autrement qu'en tant que maman, mais elle voulait qu'il puisse pleinement bénéficier de sa maman. Bien que contre l'idée qu'elle répète l'histoire de sa mère, la famille adopta très vite le petit Sloan, son parrain l'emmenant souvent faire des activités extérieurs. Ils s'entendent d'ailleurs à merveille tous les deux et jusqu'à maintenant, malgré quelques questions, Sloan ne semble pas souffrir de l'absence de son père. Si il faut, un jour, Eva lui expliquera. Elle lui dira qu'elle l'aime de tout son Coeur et que malgré l'amour qu'elle portrait à son papa, ils n'ont pas eu les mêmes envies ou les mêmes besoins. Elle lui dira qu'il ne savait pas, qu'il n'a jamais su qu'un petit garcon merveilleux l'attendait quelque part.

Au mois de septembre, Eva entamera sa deuxième année en tant qu'étudiante en communication. Des études qu'elle a décidé d'entamer lorsque Sloan est rentré à l'école primaire. C'était l'occasion pour elle de démarrer une nouvelle vie dans une nouvelle ville et de commencer à s'épanouir loin de sa famille qui la couve toujours bien trop à son goût. Une ville dans laquelle elle a, malgré elle, retrouvé le père de son fils et où la vérité a éclater. Il a su, il a compris et cette fois, c'est elle qui a été obligée de prendre la fuite et de le laisser sur le carreaux. Et maintenant, elle vit dans la peur. La peur qu'il comprenne qu'il a un fils génial, la peur qu'il veuille lui prendre sa merveille à elle, son amour. Elle n'y survivrait pas.


Who am i


Mes chers parents m'ont prénommé Eva Elizabeth Eleonore et je dois dire que ça me va plutôt bien. Je suis né un 17 juillet 1990 dans la fabuleuse ville de New-York. Ce qui me donne 26 ans.
On me dit souvent que je ressemble à Margot Robbie, je sais, un canon. Sinon, dans la vie je suis travail ou études et bien évidemment, je suis statut civil. Et on dirait bien que je suis un personnage inventé/scénario, alors gare à vous !



My nature
attentionnée- jalouse - rancunière - amicale - pétillante- sérieuse- indépendante- courageuse- gourmande - trop honnête - serviable - maligne - altruiste - protectrice - têtue - créative - audacieuse - élégante - sentimentale - curieuse - brisée




Real you


Ne le dîtes à personne, mais je suis vachement connu sous le pseudo Turnip Head. Si si, je vous jure. J'ai 23 ans et je vis en Belgique. Vous aurez la chance de me croiser souvent, souvent c'est certain ! Je parcours les rues de San Francisco grâce à YIU sur lequel j'étais et je pense que j'aime ce forum  :allez: .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Modérateur - frère Newton
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 30/07/2016
age : 25
messages : 148
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Mar 16 Aoû - 17:39
Bienvenue sur Cisco :oups: C'est cool de revoir Eva :stress: Bon courage pour ta fichette !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Mar 16 Aoû - 17:45
Bienvenue parmi nous ! :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soeur Parks
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 31/07/2016
age : 27
messages : 101 Localisation : San Francisco
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Mar 16 Aoû - 17:55
J'avoue qu'elle me manquait trop la blonde :love: :niais:
Merci à vous deux :inlove:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Mer 17 Aoû - 3:56
Bienvenue et bon courage pour ta fiche! :love:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Soeur Newton
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 08/08/2016
messages : 84
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Mer 17 Aoû - 8:47
Contente que tu ais pu ressortir ta blonde :oups:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soeur Parks
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 31/07/2016
age : 27
messages : 101 Localisation : San Francisco
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Mer 17 Aoû - 11:48
merci les filles :love:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Admin - Frère Monroe
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 01/07/2016
age : 26
messages : 263
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Mer 17 Aoû - 11:50



Congrat, tues validé !



bienvenue parmi nous

Le retour de la belle Eva :stress: :love: , je me demande comment cette magnifique fille a pu tomber dans les bras de Mycrobe Hoffman... Ce blaireau ... La petite Eva n'a pas eu une vie facile mais je la vois quand même plutôt heureuse maintenant de reprendre les cours et de se voir un peu plus libre maintenant que son fils a grandi, elle peut revivre une petite part de la jeunesse qu'elle a surement raté, c'est une femme forte et elle va s'en sortir en main de maître sur le campus j'en suis sûr ! :love:

Maintenant je t’invite à aller recenser ton avatar dans le bottin avec le formulaire fournis. Afin de te créer un entourage, n’oublie pas de faire ta fiche de lien et aussi d’intégrer un club ou une équipe universitaire. Si ton personnage est un DC voir TC, merci de venir le déclarer dans le sujet de demande et répertoire des multi-compte.

N’hésite pas à te connecter sur la cb ou à poster dans le flood afin de faciliter ton intégration même si entre nous, je ne m’inquiète pas trop pour toi ! Si tu as le moindre souci, le staff est là pour t’aider. Jolene, Nate, Mycroft ou Sahel sont à ta disposition et seront ravis de te venir en aide.

En tout cas, nous sommes ravis de t’accueillir ! Bienvenue dans la famille qu’est Cisco’s Way



    Nate Eden Martinez
    Ma plume : N'oublie pas que le pardon se nourrit d'aveux d'un œil accusateur, tous les passants scrutent nos disputes mais, ça ne les regarde pas, l'amour est aveugle. Rien d'plus dangereux qu'une fille au cœur brisé...Mais ta haine c'est ma seule lumière dans ce tunnel car si tu m'détestes c'est qu'tu m'aimes  ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA Sam 20 Aoû - 9:21
La plus belle **
Bienvenue parmi nous !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La tête pense, le cœur sait - EVA
Revenir en haut Aller en bas
La tête pense, le cœur sait - EVA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La tête pense, le cœur sait - Nemo
» Ce que personne ne sait, ce que personne ne saura jamais.
» Honni groit qui mal y pense des Hongrois
» Je pense à toi plus qu'à n'importe qui [PV]
» "Toute personne qui pense fortement fait scandale." - Feat Nathan A. Baker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cisco's Way :: Devenir un Ciscan :: Dossier d'admission :: Les dossiers validés-
Sauter vers: