AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter pour le forum et de up le sujet bazzart. On compte sur vous ♥
Merci de privilégier les bizuts !

I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you. (SIDLIE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Walk on San Francisco :: Civic Center :: House of Nob Hill
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you. (SIDLIE) Jeu 25 Aoû - 19:54


"charlie et sidney."


I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you.
.


Mais qu’est-ce que je foutais à m’envoyer des shots de vodka au beau milieu de l’après-midi? Le seule réponse qui s’en suivait était : pourquoi pas? Après tout, l’école recommençait bientôt, je venais d’apprendre que Jaeden vivait maintenant dans la même ville que moi, Lysandre Jaeden Duncan, ce cher et tendre premier amour. Ce petit con qui avait si longtemps fait sortir le pire de moi-même et pour qui, j’aurais pu faire n’importe quoi. Cet amour jeune et stupide qui m’avait au final, tellement détruite. Et voilà que tout revenait à la surface, tous les souvenirs et les sentiments contradictoires également. Parallèlement, j’avais Sahel qui me vendait du rêve mais que la simple idée que mes sentiments ne soient pas partagées me déprimait au plus haut point. Voilà pourquoi je me retrouvais à 15h dans ma chambre, assez réchauffée à chanter du backstreet boys en sous-vêtement. Je devais avoir l’air bien pathétique mais la bonne nouvelle là-dedans était que personne ne pouvait me juger parce que j’étais seule au monde.

Bon, niveau solitude, celle-ci me gagna beaucoup plus que je pouvais le penser. Je décidai donc d’y remédier en enfilant mes vêtements et c’est d’un pas bien décidé que je déambulais sur le campus en ne sachant pas trop où j’allais. J’étais tout simplement en recherche de compagnie. Puis, cette petite promenade improvisée prit une ampleur un peu plus aventureuse lorsque je me risquai à me rendre jusqu’au centre ville. C’était limite rendu une habitude de faire ce genre de truc. Il fallait toutefois que je fasse attention, la dernière fois je m’étais malencontreusement retrouvé dans la chambre d’un mec que je connaissais pas en pensant que son lit était le mien. Le genre de truc qui rendrait mes parents bien fiers - ou pas. Après un petit arrêt pour m’acheter une nouvelle bouteille, je reçu un snapchat de Sidney qui me fait bien sourire, je venais de trouver un objectif à cette promenade et possiblement des plans pour la soirée.

Un bon dix minutes plus tard, je cognai à la porte de mon amie. Je fis son beau petit visage bien surpris venir m’ouvrir au bout de seulement quelques secondes. Je m'écriai aussitôt : « COUCOU AMIE!!!!! . » dis-je en faisant aller ma main de manière - un peu - trop intense. On aurait presque dit que je débarquais d'une émission pour enfant.  Du moins, ma main libre car l’autre tenait une bouteille de vodka déjà ouverte. Bah quoi? J’avais mis de l’effort à me rendre jusqu’ici et le tout m’avait donné bien soif. L’important était qu’il en restait suffisamment pour s’amuser encore un bon moment. Je tendis le bras pour lui donner cette fameuse bouteille et une fois que mes deux mains furent libérées, je lui pris son beau visage à deux mains pour la regarder avec un gros sourire bien tendre. « Non mais t’as vu comme t’es belle? Une vraaaaaaie reine de beauté. »  Je plaquai un gros bisou de fille bourrée sur sa joue, laissant une belle marque de rouge à lèvre au passage. Elle devait bien se demander ce que je fichais ici alors que moi, je voulais juste voir un peu de compagnie. Bien à mon aise, je trainai les pieds jusqu’à son canapé où je m'allongeai de tout mon long en fixant le plafond quelques secondes. « J’dérange pas, j’espère? » demandais-je finalement en redressant ma tête pour regarder mon amie.  Ok, il était peut-être un peu trop tard pour le demander mais connaissant Sidney, elle se gênerait pas une seconde pour me prendre par la jambe et me sortir de chez elle dans le temps d’le dire.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Admin - Sans confrérie
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 23/08/2016
age : 23
messages : 187
MessageSujet: Re: I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you. (SIDLIE) Lun 29 Aoû - 14:45


"charlie et sidney."


I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you.
.

Réveil en sursaut à treize heure de l’après-midi … Je fixe le réveil d’un air déconcerté. Depuis quand je me réveil si tard ? Peut-être depuis que je me couche hyper tard et que j’écume la ville la nuit pour être dans ma solitude. J’y trouve mon réconfort alors j’arpente San Francisco pour me délester de mes soucis, pour ne pas penser à Allen ou alors encore pire, le croiser lui. Mon ex qui s’est permis d’atterrir chez moi pour je ne sais combien de temps. C’était impossible que je lui dise non. J’avais des remords, ceux de l’avoir lâché alors j’avais tout simplement soupiré et accepté qu’il crèche chez Addison et moi et depuis je l’évitais comme la peste.

Je me décidais à me lever une demi-heure après, une fois que j’avais fait le tour des réseaux sociaux sur mon portable et que je m’apprêtais à affronter le monde extérieur. Je m’étais donc levé à pas de chat et avait ouvert le plus discrètement possible ma porte, essayant d’entendre une source de bruit dans l’appartement mais rien, le silence total. Je soupirai soulagé et je filais à la douche, prenant tout mon temps. La journée allait être longue et j’avais deux œuvres à lire pour la rentrée. J’allais m’y mettre une bonne fois pour toute et finir ces livres en un rien de temps…. Je l’espérai, je priais pour suivre mon propre plan.

Le roi Lear de Shakespeare …. Je pleure presque tant le livre est impossible à lire… C’est nul, je m’ennuie je lis une page toutes les dix minutes et j’arrête pour soupirer, le désespoir en moi. J’attrape mon téléphone posé sur la table basse et je vais sur snap, je photographie le bouquin et écrit comme légende ‘’Ce livre est une invention du diable’’ et je me laisse alors divaguer entre les stories de mes amis et je me retrouve moi-même à snapper alors que je suis censé lire…. Une story à Jolene ou je lui chante la reine des neiges, un à Addison ou je fais le cochon et j’en envoie une dizaine à Charlie ou je lui chante des chansons d’amour et autres car je vois qu’elle les ouvre instantanément alors je m’en amuse mais je me ressaisie rapidement. Je coupe mon téléphone et je continue ma lecture, plus que 300 pages…. Youhou.

La sonnette retentit dans l’appartement et me réveil presque de la somnolence que me procure cet ouvrage, je me lève rapidement et remet mon tee shirt en place. Je sais pas pourquoi mais je sens que c’est Jason, il a dû surement oublier les clefs que je lui ai filé ou quoi, il me fait soupirer et j’avance lentement faisant durer surement la peur qu’il n’y ait personne à l’appartement un peu plus ; bien fait pour lui si il se pense coincer à l’extérieur ! Et pourtant lorsque j’ouvre la porte je tombe sur Charlie. Je suis étonné et presque honteuse d’avoir mis plus de temps que la normale pour lui ouvrir mais elle n’a pas l’air de s’en soucier au contraire elle a l’air super …. Bourrée ? Oui c’est le mot t’es complètement déchirée Charlie et t’as une bouteille à la main. Etonnant venant de toi. « Coucou copinette ! » et je m’empêche de rire en te voyant secouer ta main comme un pantin désarticulé. « Tu vas bien ? » Je me moque d’elle, aller bien oui, mais si elle s’est mise la tête à l’envers en pleine journée c’est que non, ça ne va pas si fort finalement. Je me retrouve une bouteille de vodka à la main et elle qui m’attrape le visage, par les joues plus précisément et j’éclate de rire cette foi. « T’aime bien ? C’est la tête d’une nana qui s’ennuie ! » Elle me lâche et se permet d’entrer tranquillement à l’intérieur je ferme la porte derrière elle et la suit en souriant jusqu’au salon. Elle s’avachit sur le canapé et je me mets sur le fauteuil en face le sien la regardant comme une extra-terrestre. « Non tu gênes pas t’inquiète … C’est la première fois que je te vois bourré c’est dingue ! » Je pose mon bras sur l’accoudoir et retiens ma tête à l’aide de mon bras, t’as l’air complètement cuite et j’abandonne l’idée de lire mon livre, je vais plutôt m’intéresser à tes histoires, je sens qu’on va rire, j’ai besoin de décompresser j’attrape donc la bouteille et boit directement au goulot une première gorgée. « Tu faisais quoi avant de venir ? »



Code by Sleepy



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you. (SIDLIE) Lun 5 Sep - 4:52


"charlie et sidney."


I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you.
.


Eh oui, je venais de faire ma grande entrée chez ma belle amie Sidney. Pourquoi? Pas la moindre idée. Disons que j’en avais marre d’être saoule seule et de déambuler dans les rue comme une SDF louche. Bon, pas que j’avais l’air si louche que ça… mais disons que mes petits pas de travers pouvait bien faire comprendre aux passants que j’étais pas dans un état des plus normal. « Je vais suuuuuuuuuuuper bien! La vie est tellement belle! » dis-je en tentant un peu d’ironie, me mettant à rire suite à cette fausse affirmation. C’était bien tout l’inverse! « Et toi, comment tu vas bel amour? » Et oui, une grosse loveuse que j’étais! D’ailleurs, je ne ratai pas ma chance de pouvoir la complimenter. « Eh bien t’as la plus belle tête de fille ennuyée que j’ai vu d’ma vie! promis! » Je lui offris mon plus beau sourire - qui ne devait pas être réellement le plus beau - avant de me laisser tomber sans gêne sur son canapé. Le gros confort quoi! Je regardai cette dernière boire quelques gorgées de ma bouteille, c’était en plein ce que je voulais qui se passe. Pourtant, elle reposa ensuite la bouteille, ce qui me fait sortir la moue un peu quand même. Sid m’informa sur le fait qu’elle ne m’avait jamais vu bourré. Ah… alors c’était aussi évident? « Ah bon? Pourtant j’ai… l’impression de toujours l’être dernièrement. » dis-je en lâchant un rire, apportant mes mains sur mon visage en signe de petite exaspération. C'était tellement pas moi en plus tout ça... moi j'étais Charlie la mignonne petite fille toute innocente, pas la grosse alcoolique sans retenue!

Voilà que mademoiselle me demandait en plus ce que je foutais avant de venir ici. Si elle savait à quel point juste ça… c’était une sacré de grosse question pour moi. « Hum… je m’en souviens plus… en fait, je bois depuis que je suis debout j’crois… » Wow, la grande classe. Et dire que je devais jouer l’enfant prodige moi. J’étais une vraie perte humaine mais je pouvais bien me permettre un peu d'égarement de temps en temps non? Et puis disons que là, j’avais toutes les raisons du monde d’être en mode déprime. Je regardai ma belle amie assise sur le fauteuil en face de moi avec le sourire. Je ramenai une mèche de mes cheveux maladroitement à l’arrière de ma tête afin de pouvoir continuer à l’observer. C’était limite dommage de pas être lesbienne, j’aurais presque aimé pouvoir la draguer. Bon ok, pensée de file complètement bourrée. « Et toi? Tu faisais quoi? Parce que peu importe ce que tu faisais, tu arrêtes ça… j’ai envie que tu continues de boire avec moi. c’pas pour rien c’te cadeau-là. Et puis, on sort après… allez girl! On amuse.. encore des gorgées!!!!!» dis-je en pointant la bouteille qui reposait sagement sur la petite table basse devant moi. « OOOOH GIRLS JUST WANT TO HAVE FUUUN. » chantais-je en me faisant aller les jambes de haut en bas après tout : pourquoi ne pas appuyer mes belles paroles par cette grande chanson de madame Lauper? Voilà… Sidney ne pouvait plus rien me refuser!



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Admin - Sans confrérie
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 23/08/2016
age : 23
messages : 187
MessageSujet: Re: I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you. (SIDLIE) Sam 10 Sep - 1:55


"charlie et sidney."


I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you.
.

Première gorgée qui met ma gorge en feu, me donnant l’impression que je n’ai jamais bu de ma vie. C’est étrange comme l’organisme ne s’habitue jamais à la brûlure que l’alcool peut provoquer et pourtant je continue de boire et je ne grimace qu’en avalant ce que j’estime être la dernière gorgée. La bouteille a bien diminué et je vois le regard éberlué de mon amie sur ma descente rapide. Je souris et repose la bouteille sur la table basse en la pointant du doigt, elle la brune au regarde de jais en face de moi. « Ne me juge pas Charlie… Je suis une anglaise doublée d’une fêtarde ! » Je ris et je sens quelque chose qui me gêne au niveau du dos je me tourne et je vois mon ouvrage, l’œuvre que je dois lire pour la rentrée …. Je prends le livre entre mes mains et je fais voltiger derrière moi. On le finira ce soir, ou jamais ! On s’en fou, ce n’est pas le moment pour y penser ou même en parler car la petite nana en face de moi elle est complètement déchirée et si je comprends bien elle a commencé les festivités y’a un moment … elle n’a pas l’air dans son assiette alors je me lève et je vais m’assoir à ses côtés. « Tu sais que tu peux me parler Charlie hein ? » Mais elle n’a pas l’air d’avoir envie de parler, au contraire elle veut s’amuser et oublier surement ses problèmes. Je peux la comprendre, j’ai longtemps noyée ma peine dans l’alcool, la fumette et les cigarettes car je me sentais bien trop seul, que personne ne pouvait m’aider sauf des artifices qui font perdre la tête, oubliée chimiquement nos soucis mais c’est du vent, dès que tu te réveilles le mal revient et t’as une gueule de bois, un mal de crâne qui ne prend jamais fin alors tu vomis et tu revomis jusqu’à à t’en endormir sur la cuvette des toilettes. Je grimace rien que d’y penser, je ne me mettrais pas la tête tant à l’envers, il ne faut pas dépasser une certaine limite dans l’alcoolémie et je connais les miennes.

Charlie… Pourquoi me fixes-tu comme ça ? J’en ai presque peur, tes yeux crient à l’amour et je tourne mes prunelles ailleurs car tu me fais tout à coup flipper et la seconde d’après je te sens bouger à mes côtés alors je tourne la tête curieuse. T’as la tête à l’envers, les jambes en l’air que tu bouges dans tous les sens en me demandant ce que j’étais en train de faire avant que tu arrives alors je regarde le bouquin que j’ai envoyé valdinguer un peu plus loin et je me mets à rire, tellement rire que je suis obligée de le cacher avec mes mains ce fou rire et tu me regardes dans l’incompréhension tout en chantant une vieille chanson des années 80. « Ne t’inquiète pas, je reprends pas ma lecture, elle est à mourir d’ennui et je préfère mourir saoule que recommencer à lire ! » Pour appuyer mes mots j’attrape de nouveau la bouteille et je bois, de toute façon tu m’encourages pour le faire alors je ne me fais pas prier et le liquide transparent de la bouteille continue encore de diminuer. Si tu veux sortir, on va sortir ma belle et pas qu’un peu mais plus tard. Là il est encore tôt pour s’amuser à l’extérieur du coup je me relève et je cherche la télécommande dans ce bazar pour allumer la télévision et mettre un peu de musique.

Chaine musicale enfin trouvé, je me rends compte tout à coup que je vois la télévision en double et je cligne fortement des yeux pour faire revenir ma vision à la normale, wow, quand on est plus habitué à boire il en faut peu pour avoir des effets du coup je m’assois un instant sur l’accoudoir du fauteuil et une musique que j’adore s’affiche sur la télé. Beauty and a beat, de ce chanteur canadien dont je ne connais même pas le nom je me lève juste et te tire par le bras pour te mettre sur tes pieds la chanson commence et je crie à tue-tête les paroles. « Bodyyy rooooock , girl i want to feel your body rock !!! » Je me colle derrière elle et bouge en rythme sur la musique. Nous sommes jeunes, nous sommes folles alors j’en profite tant que nous pouvons le faire. Si elle n’a pas envie de parler de ses problèmes, nous ne le feront pas, amusons-nous jusqu’à qu’elle en soit épuisé et qu’elle me supplie d’arrêter d’être la meilleure partenaire de soirée ! Je lui tends la bouteille de vodka, il n’en reste pas beaucoup mais assez pour que je m’amuse à la voir picoler. « Cap de boire la fin de la bouteille cul sec ? »



Code by Sleepy



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you. (SIDLIE)
Revenir en haut Aller en bas
I'ma tell you one time : girl I love, girl I love you. (SIDLIE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jean Grey || Just a Girl, a Marvel Girl.
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Session time out...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cisco's Way :: A Walk on San Francisco :: Civic Center :: House of Nob Hill-
Sauter vers: