AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter pour le forum et de up le sujet bazzart. On compte sur vous ♥
Merci de privilégier les bizuts !

Les vieilles habitudes ont la vie dure - feat Tomi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Walk on San Francisco :: Pacific Heights :: Quartier résidentiel
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Sans Confrérie
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 31/08/2016
age : 22
messages : 205
MessageSujet: Les vieilles habitudes ont la vie dure - feat Tomi Sam 3 Sep - 1:56

Les vieilles habitudes ont la vie dure
Depuis mon retour plus que récent de Savannah à San Francisco (moins d’une semaine), je me laisse surprendre par à quel point les bonnes vieilles habitudes sont tenaces, même après un long moment sans les pratiquer. Voilà maintenant presque 6 mois que j’ai quitté la ville et voilà qu’en tout juste l’espace de deux petits jours cette routine, si lointaine et quasi oubliée, est de nouveau restaurée. À 7h pétante mon réveil sonne (avec work de Iggy azalea) ce qui conduit à une douche froide, le réveil des champions, puis à mon brossage de dent express afin de maximiser mon temps. Ensuite j’enfile ma traditionnelle tenue de sport qui varie en fonction de la saison. En été il s’agit d’un simple mini short surmonté d’un débardeur en mailles qui laisse apparaitre ma brassière le tout accompagné de la traditionnelle paire de baskets que je serre toujours à fond. Je me relève alors les cheveux en queue de cheval tout en déboulant les escaliers à toute vitesse, utilisant mon coude pour ouvrir la porte d’entrée. Une fois dans la rue je branche mon casque afin de faire défiler ma musique et ainsi me couper du monde extérieur pour mieux me concentrer sur l’effort. Et je coure ainsi 1 h, pour une distance comprise entre 8 et 10 km, tout dépend de ma forme et mon humeur du jour. À 8h 30, je suis de retour dans la salle de bain pour la deuxième douche de la journée que j’autorise alors chaude. Je m’enroule dès la sortie d’une immense serviette dont je coince le pan dans mes seins afin de la bloquer. Je brosse ensuite mes cheveux encore humides afin de pouvoir les démêler tout en me laissant une chance de réobtenir mes légères anglaises au séchage. Séchage que j’effectue en partie au sèche cheveux afin d’accélérer le processus dans un souci de rapidité et d’efficacité. Arrive ensuite la phase make-up, la plus importante de toutes. Pour ma part j’ai en sainte horreur les pots de peinture, beurettes et autres abus du maquillage privilégiant toujours la beauté naturelle -plus simple et plus efficace-. J’applique alors délicatement ma bb crème sur mon visage afin d’en corriger le teint, et d’estomper tout éventuelle imperfection tout en concédant ma carnation. Je termine ensuite par un coup de mascara pour les yeux de biche et soupçon de rouge à lèvres bouton de rose afin de raviver la couleur naturelle de mes lèvres charnues. J’enfile ensuite rapidement un débardeur blanc côtelé et une jupe haute et évasée à motif floral. J’enfile ensuite mes Vans blanches avant de sortir avec mon sac sur l’épaule et mon livre (un choix) en main.

Une fois dans la rue j’entreprends alors de finalement m’attacher les cheveux. Oui je sais une fille est toujours mieux cheveux lâchés et je suis la première à déplorer de ne pas être capable de les garder ainsi. J’y arrive une heure ou deux de temps en temps mais très vite les mèches qui m’arrivent dans le visage me rendent littéralement dingue que je n’aie d’autres choix de les expulser loin de ma face. Le chouchou en bouche, le livre sous le bras et la tête penchée, je continue de marcher tout en nattant ma crinière blonde en épis de blé. Je sens les rageras se poser sur moi, la bête de foire, mais pour autant je garde ma position et mon capte sans rechigner. Et ainsi empêtré je fais la totalité du chemin jusqu’au Starbuck se trouvant deux rues plus loin que mon airbnb. Je me pose dans la queue, assez conséquente de par l’heure de pointe, profitant de cette occasion pour me replonger dans les derniers chapitres de mon livre en quête de la conclusion. Perdue au milieu de mon roman je marche au rythme de la file sans m’apercevoir que celle-ci c’est vidé bien plus vite que je ne l’imaginais. “Bonjour comment allez-vous ?” Je sursaute au son de la voix de la jeune vendeuse que je ne m’attendais pas à voir aussi vite devant moi. “Très bien merci et vous ?” Ma voix est coupée comme pour me reprendre mon souffle suite à l’effet de surprise. Par la suite, plus maitre de mes émotions, je commande alors finalement un frapuccino au thé saveur mangue et passion, mon grand classique de chez Starbuck, mon petit péché mignon. Je ressors de la boutique verre dans la main gauche et livre dans la droite. Et je continue alors ainsi ma route le nez une fois de plus rivé sur les lignes de prose dont je me délecte me languissant d’atteindre la dernière page. Mais sans crier gare un obstacle que je n’avais pas visualisé se dresse devant moi me percutant de plein fouet dans la foulée. J’ai juste le temps d’extraire mon livre de la bataille afin de le préserver, que mon verre se retourne suite à un vol plané versant alors son précieux mélange glacé entre mes seins m’arrachant un passage quelques jurons et gémissement. Je me retrouve le visage contre le torse de mon obstacle et je relève les yeux afin de m’adresser à ce dernier. “Je suis sincèrement désolé je n'ai pas vu que quelqu’un arrivé, la rue était déserte il y a même pas deux secondes. Je connais un pressing à une rue d’ici si vous souhaitez je vous le pa…”ye je ne termine pas ma phrase, puisque ma voie se coupe de honte face à mon interlocuteur. Je découvre ces traits familiers qui me font un peu craquer mais sans plus, et ces longs cheveux châtains le tout me permettant de conclure qu’il s’agit de Tomislav. J’aurais pu foncer dans n’importe qui que je m’en serrai même pas sentie gênée, mais là je suis honteuse. En plus d’être quelqu’un que je connais, il faut prendre en compte qu’en incluant aujourd’hui j’ai rencontré ce garçon deux fois et les deux fois j’ai fini affalé sur lui en lui renversant le contenu de mon verre dessus. Je sais pas quelle impression je lui fais mais clairement par une bonne. Au moins pour une fois je lui prodigue pas une branlette maladroite en essayant de retirer la tâche de son pantalon.
AVENGEDINCHAINS




'Life is a lonely ride
Revenir en haut Aller en bas
Les vieilles habitudes ont la vie dure - feat Tomi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Retour aux vieilles habitudes
» Nouveau monde, vieilles habitudes [Solo]
» On appelait ça les Vieilles Serres. » Klyde.
» De vieilles images
» Procédure d’annulation et de dissolution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cisco's Way :: A Walk on San Francisco :: Pacific Heights :: Quartier résidentiel-
Sauter vers: