AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter pour le forum et de up le sujet bazzart. On compte sur vous ♥
Merci de privilégier les bizuts !

Et boum, la réalité t'explose à la gueule ft Thalia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Walk on San Francisco :: Pacific Heights :: Quartier résidentiel
avatar
Frère Monroe
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 25/09/2016
messages : 67
MessageSujet: Et boum, la réalité t'explose à la gueule ft Thalia Mar 11 Oct - 19:43





Et boum, la réalité t'explose à la gueule
Thalia & Rylan.

Il aurait été si simple d'avouer la vérité à son père, il aurait été fâché, il l'aurait même sans doute giflé. Il était parfait, il n'y avait rien à dire. Il avait été acheté un smoking pour l'occasion. Ce n'était pas qu'il en avait vraiment envie, mais dans sa garde de robe, il n'y avait rien de vraiment très habiller. Il était un étudiant et qui plus est, un Monroe, il ne sortait pas en costard, cravate sur le campus. Il était plus adepte du jean, basket. Pourtant, là devant son miroir, il devait reconnaitre qu'il était plutôt pas mal. Si cela n'avait tenu qu'à lui, il n'aurait même pas été, mais c'était un peu difficile de ne pas se présenter à sa fête de fiançailles. En y réfléchissant, tout cela était une connerie... Une grosse connerie. Ce costume, ce mariage, tout. Il avait déconné, il le savait. Pourtant, cela aurait été plus simple d'aller voir son père et de lui dire la vérité, car en réalité, son père était loin d'être un sain. Il suffisait de lui demander ce qu'il faisait le jeudi soir et son visage tournaient aux rouges tomates. Il aurait été si simple d'avouer la vérité à son père, il aurait été fâché, il l'aurait même sans doute giflé. Ou alors, il aurait pu faire du chantage à son père, ne rien dire sur ses aventures du jeudi contre son pardon. Le problème : il n'était pas comme ça. Il aimait sa famille et il ne voulait pas les voir souffrir. Putain, il avait été trop bien élevé par sa putain de mère, et maintenant, il était enfermé dans un mariage dont il ne voulait pas. Il se regarda une dernière, il observa ce reflet qui lui faisait horreur depuis qu'il avait couché avec sa belle-mère, puis il se dirigea vers la porte de son appartement avant de casser une nouvelle fois ce miroir.

La fête devait avoir lieu dans la demeure de la famille Adams. Son père avait vu les choses en grand. Depuis, le temps où il voulait voir son fils ainé casé, il était le plus heureux des hommes. Il dépensait une fortune ce qui au fond, faisait culpabiliser le jeune Monroe. Il avait pris la décision, il irait au bout de ce mariage, même s'il devait passer des années à être malheureux, il le devait... Pour son père. Il n'avait pas été très tendre avec lui. C'était leur mère qui était partie et pourtant, c'était à son père que Rylan en voulait le plus. Il n'y avait aucune raison pour cela, il avait juste besoin de se défouler sur quelqu'un. Sa mère s'étant envolée avec sa plus jeune soeur sur le continent européen, il n'avait personne pour extérioriser. Son père avait souvent essayé de l'envoyer chez un psy, il l'avait même inscrit à la boxe, pour compenser son trop de colère... Cependant, il avait continué de sombrer... Alcool, drogue, sexe... Il laissait l'obscurité l'emmener vers le fond. Aujourd'hui, encore, il continuait de sombrer. Depuis, qu'il avait appelé son père ce soir-là, après avoir cassé le miroir de sa salle de bains, pour lui annoncer qu'il acceptait enfin le mariage. Cela faisait quelques mois, que son père lui parlait de ce mariage. "ça pourrait t'aider et aider l'entreprise" lui disait son père. Cependant, en raccrochant, il avait pris de l'héroïne et s'était laissé sombré.

Il gara la voiture devant l'appartement de Juliet Harris, sa future femme. Ils s'étaient rencontrés trois semaines avant. Il ne connaissait pas grande chose d'elle. Il aurait s'agit d'une étrangère, il n'aurait pas fait la différence. Elle avait 25 ans, était étudiante et avait une soeur. C'était ce qu'il avait retenu de leur conversation. Il aurait dû la revoir depuis, mais il avait tout fait pour l'éviter. En arrivant, devant son appartement, s'il n'avait pas vu une jeune femme avec une jolie robe de soirée, il ne se serait même pas souvenu que c'était elle. C'était peut-être salop de sa part, mais c'était la vérité. Il faisait déjà semblant dans un mariage, il n'allait pas en plus faire semblant avec la jeune femme. Pour être honnête, la première fois, qu'il l'avait vu, il lui avait même fait comprendre qu'il ne l'aimerait jamais. Il la respecterait, mais il ne pourrait l'aimer. Elle lui avait répondu : "l'amour, ça se construit, tu verras." Il avait du mal à croire, il y avait bien longtemps, qu'il ne croyait plus à Cendrillon et le prince charmant. Il y avait plutôt Blanche-Neige, qui finissait nue dans son lit. "Bonsoir, Rylan" dit-elle en montant dans sa voiture. Il fallait qu'il trouve quelque chose à dire. D'accord, il ne ressentait rien pour elle, mais il n'était pas un connard. "Tu es ravissante." Ce fut la seule phrase qu'il prononça. La suite du voyage se fit dans un silence de plombs, jusqu'à la fête.

Il stoppa la voiture, mais ne sortit pas. Si l'ambiance était étouffante, c'était l'enfer. Il ne savait pas, s'il devait sortir, s'il devait rester dans la voiture. Heureusement, c'est elle qui reprit la parole et rompit le silence. "Écoute, je sais que tu ne veux pas de ce mariage, et j'avoue que j'aurais préféré un mariage d'amour, mais s'il te plaît, pour ma famille... Soit un fiancé attentionné." Sa voix était suppliante et elle le regardait avec son visage d'ange. " Je te le promets" Il allait le faire pour elle. De toute façon, il avait décidé de ne pas faire honte à son père et de ne pas toucher une goutte d'alcool. Il sortit de la voiture, lui ouvrit la porte et ils dirigèrent vers l'intérieur de la maison. Ils faisaient le couple parfait, serrant des mains, recevant des félicitations. Lorsqu'ils se retrouvèrent face à une jeune femme. "Aiden, je te présente ma soeur, Thalia..." Il entendit à peine sa voix. Son regard était resté fixer à celui de la jeune femme.



B.DAVIS sur Bazzart.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soeur Monroe
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 09/10/2016
messages : 27
MessageSujet: Re: Et boum, la réalité t'explose à la gueule ft Thalia Mer 12 Oct - 22:18
Et boum, la réalité t'explose à la gueule !
feat - Rylan
"Merde, il est déjà dix-sept heure !" C'est la réaction que j'avais eu en me réveillant et en fixant l'écran de mon téléphone portable. Il faut dire que j'étais rentrée très tard la nuit derrière, ou plutôt très tôt ce matin d'une soirée plutôt pas mal organiser chez l'un de mes camarades de classe. L'alcool avait coulée à flot, la musique était plutôt bonne et entrainante et les personnes toutes plus sympa les unes que les autres. De quoi passer un bon moment en bonne compagnie et d'apprendre à mieux connaitre ceux avec qui je vais partager cette cinquième année.

En parlant de compagnie, c'est en courant partout dans la chambre pour trouver quelque chose à me mettre que je remarqua un pied dépassé sous la couette. M'approchant doucement du lit, je tir d'un coup sec la couverture blanche qui dévoila le corps nu d'un homme, un brun à la peau typée. "Hé, dépêche toi ! Lève toi, il faut que je parte. Allez dehors !" dis-je en le secouant pour le faire émerger avant de le pousser jusqu'à la porte d'entrée de mon appartement avec ses affaires sous le bras. Tant pis, il s'habillera sur le pallier. Si je suis si pressée, c'est parce que ce soir, c'est le grand soir et je ne peux pas me permettre d'être en retard. Enfin, le grand soir...c'est surtout celui de ma soeur, Juliet. Nous avons rendez-vous chez un couple d'ami de mes parents, Celui avec qui mon père avait tout arrangé pour que Juliet épouse leur fils. Et comme la plupart du temps, Juliet avait laissé notre paternel s'occuper de sa vie sans même intervenir. Les seules choses que je savais de cet homme, après avoir jouet la fouine auprès de ma soeur, c'est qu'il s'appel Aiden Adams et qu'il avait l'air aussi tendu qu'elle la fois ou ils se sont rencontrer. Enfin, c'est ce qu'elle avait dit pour désigner le manque de communication pendant leur repas.

Bref, toujours à la recherche de la robe...j'avais opté pour une robe rouge légèrement dénudée dans le dos avec des petits trous pour le côté sexy. Une fois la douche terminée, c'est devant mon miroir, assise en tailleur avec une serviette autour du coup que je me prépare, commençant par le maquillage et les cheveux. J'avais opté pour une couronne tressée et un maquillage assez léger et naturel. En réalité, sans me vanter, je n'ai pas besoin d'utiliser une tonne de produits puisque je me trouve très bien comme je suis au naturel.  Enfin, il ne me restait plus qu'à enfiler la robe...c'est à ce moment la que je commençais à entendre des bruits de klaxons retentir dans la rue et mon téléphone se mettait à sonner. Encore une fois, c'était mon père ! Mes parents avaient prévu de venir me chercher avec la limousine pour que nous arrivions ensemble chez les Adams. Une fois prête, j'attrape ma pochette ainsi que mon manteau et prend la direction de l'entrée pour quitter mon appartement. J'avais décidé de garder mon indépendance en revenant à San Francisco. Je ne voulais plus vivre coller à mes parents, de toute façon, après quatre années passées seule à New York, je pense que je ne les auraient plus supportés. Le chemin en limousine se passa tranquillement. Mon père ventait les mérites du père Adams et de son entreprise florissante, comme-ci il avait envie de me donner aussi l'envie de nous marier avec l'un de ses fils. Sauf que c'est loin d'être mon genre.. La vie de  couple, j'ai déjà donné et au final j'ai été plus que déçue. Du coup en ce moment, je préfère enchainer les conquêtes et prendre du plaisir tout en gardant ma liberté et mon indépendance.

Une fois arrivée chez les Adams, Juliet arrivant elle plus tard avec son cher fiancé. On nous débarrassa de nos manteaux et c'est à ce moment précis que mon père ne pu s'empêcher de me chuchoter à l'oreille. "Tu aurais pu mettre une robe plus longue et qui corresponde un peu plus aux circonstances. " un sourire s'affiche sur mon visage alors que je lui réplique, "Moi aussi je t'aime papa mais non." Je finis par déposer un baisé sur sa joue. Les circonstances, les codes , j'en avais rien à faire moi. Si c'est ainsi que je me sens à l'aise alors je ne vois pas ou est le problème. De plus, ma robe avait l'air d'intéressé de près notre hôte de ce soir, puisque monsieur Adams accompagné de sa femme s'approcha de nous pour nous saluer tout en gardant son regard fixé droit sur moi. Lui serrant la main, je lui adresse alors un sourire, histoire d'attiser un peu plus le désir que ce vieux pervers doit ressentir en ce moment. Enfin, une fois les présentations faites, je me dirige vers le bar, la ou je trouverais surement quelque chose de plus intéressant que des vieux business man parlant affaires. Une coupe...deux coupes...trois... et c'est à ce moment précis qu'une voix m'interpella alors que j'étais face au bar. "Aiden, je te présente ma soeur, Thalia..."Les deux tourtereaux avaient enfin décidés de ce montrer ! Je me retourne alors, ma troisième coupe à la main, alors qu'un sourire était présent sur mon visage a l'idée de voir qui allait supporter Juliet la coincée le reste de sa vie, mon regard resta bloqué sur l'homme en question. Aiden, c'est ce qu'elle avait dit ? A ce moment précis, j'avais qu'une seule envie, c'était de crier "Rylan !".  La situation était plus que gênante à ce moment précis. Aiden ou Rylan, peu importe le nom de ce type, la seule chose dont j'étais sur c'est que j'avais couché avec le fiancé de ma soeur il y a quelques jours ! " Est-ce qu'il y a un soucis ? " demanda mon ainée en nous dévisageant l'un après l'autre. "Non, du tout." dis-je une fois revenue de mes pensées.Je me voyais mal lui répondre "Oui, ton fiancé et moi on a couché ensemble l'autre soir."..."Je suis enchantée de faire ta connaissance...humm...euh...Aiden, c'est ça ?" dis-je feintant de ne plus me rappeler de son prénom...ou du moins de celui que Ju" avait prononcé. C'est alors en pinçant les lèvres et en m'efforçant de sourire que je présente ma main à celui que j'avais envie de surnommer l'imposteur pour le saluer. "Juliet...Aiden, il y a quelqu'un que j'aimerais vous présenter. " Ouf ! Mon père venait de sauver ce moment, pour une fois qu'il faisait quelque chose de correct. "Allez-y, on se verra plus tard. Après tout, c'est votre soirée et les gens veulent vous voir. Quant à moi, je vais aller faire un tour plus loin. A plus tard. " Les regardant s'éloignés, je termine ma troisième coupe de champagne d'un trait avant d'en prendre une autre toujours face au barman. Ce type s'était réellement foutu de moi. Rylan, ou est-ce qu'il avait été chercher ce prénom ? Pourquoi m'a-t-il dit qu'il se nomme ainsi si en réalité il s'appel Aiden, puisque c'est sous ce nom que tout le monde le connait ? Mais surtout, pourquoi avoir couché avec moi s'il est fiancé avec ma soeur....Enfin, s'est toujours avec mon verre à la main que je me dirige vers l'extérieur histoire de prendre l'air et de réfléchir. Sur le chemin de la sortie, mon regard croisa de nouveau celui de l'imposteur qui était en train de discuter avec un couple d'invités. Je ne pu m'empêcher de lui lancer un regard sombre avant de continuer mon chemin et de tourner la tête.Le jardin des Adams était immense. Il y a une piscine et une grande pelouse. Plus loin, on peu y voir une sorte de petit jardin avec des grandes haies qui le délimite ou au milieu se trouve une fontaine et des bancs aux quatre coins. Une sorte de petit jardin zen et reposant, c'est exactement ce dont j'avais besoin. Sur un banc de pierre, je m'assois pour y retirer mes escarpins rouge avant de les déposer au sol près de mon verre et de fermer les yeux.

© 2981 12289 0



Thalia Harris

©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frère Monroe
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 25/09/2016
messages : 67
MessageSujet: Re: Et boum, la réalité t'explose à la gueule ft Thalia Dim 16 Oct - 17:20





Et boum, la réalité t'explose à la gueule
Thalia & Rylan.

Il était comme possédé. Son corps était là, mais son esprit s’était envolé vers des souvenirs très récents. Il avait l’impression d’être face à un fantôme. Il devait être en train de rêver. La jeune femme devant lui, ne pouvait pas être la femme avec qui il avait passé une nuit bien agitée quelques jours avant. Les souvenirs refirent surface comme une bombe qui explose en pleine gueule. Depuis, la reprise des cours, il n’avait pas été trop dans la maison des Monroe. Depuis, qu’il avait couché avec sa belle-mère, il avait l’impression que c’était écrit sur son front. Il avait l’impression que s’il avait un écriteau avec écrit « je suis un con qui a brisé le couple de son père », on aurait vu aucune différence. Du coup, il avait décidé d’éviter un peu sa deuxième famille. On pouvait dire ce qu’on voulait. Les Monroe étaient des fêtards, étaient irrespectueux mais ils étaient solidaires les uns avec les autres. Lorsqu’un n’allait pas bien et même s’il essayait de le cacher, il y en avait toujours un pour s’en rendre compte. Pourtant, ce soir-là, les fêtards du campus faisaient une fête, et chaque Monroe devait être présent. Il n’avait pas l’intention de rester longtemps. Il disait bonjour à tout le monde, il buvait une petite bière et il s’en allait. Le problème, c’est qu’il ne voulait pas mentir à sa deuxième famille, il mentait déjà à sa première. Il ne voulait pas aggraver son cas. Il était arrivé une heure après le début de la fête. Il avait salué quelques personnes avant de tomber sur nouvelle tête : une nouvelle bizuth. Il n’avait pu s’empêcher d’aller vers elle. Il était accro aux femmes et encore plus, à ce genre de femme. Mais si vous savez le genre de femme, qui en un coup d’œil vous fait devenir complètement fou. Elle transpirait le danger, l’exotisme et le désir. Il était comme attiré par elle. Il s’était avancé et avait commencé à lui parler. Cela aurait pu être banal, si je ne sais pas quelle folie, les deux amants s’étaient échappés de la fête pour s’introduire dans la piscine. À partir, de ce moment tout était allé très vite. Ils s’étaient baignés en sous-vêtement, il s’était approché d’elle et l’avait coincé contre le mur. Ses mains s’étaient balladés sur son corps avant de lui retirer ce qu’il lui restait de vêtements. Avant que l’un ou l’autre puisse se rendre compte de ce qu’il se passait, il était déjà en elle. Ils n’en étaient pas resté là : la nuit avait été que folie avant de finir dans son appartement pour en tester chaque pièce. Ils s’étaient endormis dans les bras l’un de l’autre très tôt le matin. Pourtant, lorsqu’il avait ouvert les yeux quelques heures plus tard, elle avait disparu. Comme si elle n’était qu’un rêve, comme si elle n’avait jamais existé. Habituellement, il devait forcer les femmes à quitter son appartement mais elle… elle était juste partie, emportant leur nuit merveilleuse avec elle.

Et boum, voilà, qu’elle se trouvait maintenant devant lui, dans une robe qui appelait à la luxure pure. Elle était aussi belle et sensuelle que dans son souvenir. Il ne pouvait détacher ses yeux de ses lèvres. Les mêmes, qu’il avait embrassées encore et encore cette nuit-là. Ce pouvait-il que le dieu, qu’il existe ou non, est voulu lui faire la pire des blagues ? Ce pouvait-il qu’il est vraiment couché avec sa future belle-sœur… et pas qu’une fois ? C’était vraiment la pire situation du monde. Pour la première fois, il envisageait même d’aller voir son père et de lui avouer la vérité. " Est-ce qu'il y a un soucis ? " La voix de sa fiancée le sortit de son état de transe. Il devait se reprendre, il ne pouvait pas briser les liens de deux sœurs et surtout le jour des fiançailles d’une d’entre elle. "Non, du tout." C’est Thalia qui reprit la parole en premier. Ce n’était sans doute pas une bonne idée. Si elle avouait tout ? Non, elle ne pouvait pas faire ça. En plus, sa voix était toujours aussi sensuelle. Non mais merde, pourquoi, cette fille l’attirait autant, bordel. Est-ce que son inconscient avait compris depuis le début qui elle était, et qu’il s’amusait à lui faire un mauvais tour, en le poussant à désirer l’indésirable. "Je suis enchantée de faire ta connaissance...humm...euh...Aiden, c'est ça ?" Il était tellement focalisé sur sa voix, sur sa bouche et oh punaise sur sa robe et sur les trous qui laissaient voir sa peau nue en dessous. Il n’avait même pas compris qu’elle lui parlait au début… et pourquoi, elle l’appelait Aiden. Il avait complètement oublié que sa fiancée l’appeler par son vrai prénom. « Euh… En... » Il ne termina pas sa phrase, interrompu par son futur beau. A ce moment, cet homme était son dieu. Il aurait pu lui embrasser les pieds. "Juliet...Aiden, il y a quelqu'un que j'aimerais vous présenter. " Il sourit à l’homme. Il venait de le sauver d’une situation gênante, il avait le droit à plus qu’un sourire, mais il se voyait mal lui sauter dans les bras pour l’embrasser. "Allez-y, on se verra plus tard. Après tout, c'est votre soirée et les gens veulent vous voir. Quant à moi, je vais aller faire un tour plus loin. A plus tard. " Il la regarda dans les yeux sans prononcer un seul mot. C’était comme s'il n’arrivait plus à parler en sa présence. C’était stupide, il était habituellement un moulin à paroles.

Il suivit son futur beau-père, lorsque Juliet lui parla doucement. « Qu’est-ce qu’il se passe avec ma sœur ? » Eh merde, elle avait tout compris. Il ne pouvait pas lui dire qu’il avait couché avec sa sœur. Il fallait qu’il trouve un mensonge au plus vite. « D’accord, j’avoue je me rappelais pas que tu avais une sœur et j’ai été surpris. » Non, mais sérieux, c’était la pire excuse du monde. Cependant, Juliet le crut et se dirigea vers le couple en question. Ils discutèrent avec beaucoup de monde, avant que Juliet ne se décide à aller se refaire une beauté. Il en profita pour respirer un bon coup. Il devait s’isoler, respirer, se remettre de cette nouvelle. Il sortit dans le jardin et se dirigea vers son jardin secret. Son père l’avait fait construire pour leur mère et avec le temps, il était devenu l’endroit où les Adams allaient pour réfléchir. A ce moment précis, il avait vraiment besoin de s’isoler. Il n’arrivait pas faire partir de sa mémoire le regard noir que lui avait adressé la jolie brune avant de s’en aller. Il allait devoir lui donner une explication, mais il n’était même pas sûr de savoir comment expliquer ça. Il marchait sans même regarder où il allait. De toute façon, il connaissait le trajet par cœur. Il n’arrêtait pas de penser à Thalia. Les souvenirs de leur nuit ensemble avec les souvenirs de sa robe à trou se mélangeaient dans sa tête. Lorsqu’il la vit, il était trop tard pour faire machine arrière. Elle l’avait vu et elle le fixait. « Excuse moi, je pensais qu’il n’y avait personne… Personne ne vient ici... » Il ne savait pas quoi, lui dire. Il savait qu’il devait lui donner une explication. Mais pour lui dire quoi ? Que c’était un mariage arrangé ? Qu’il avait déjà dit à sa future fiancée qu’il ne serait pas fidèle avant le mariage et qu’ensuite, il essayerait mais sans grande chance… Qu’il rêvait d’un mariage avec une femme qu’il aimerait même s’il ne savait pas ce que c’était… Il n’y avait tant de chose qu’il pourrait lui dire. Pourtant, il vient seulement s’asseoir à côté d’elle en silence. Ils restèrent un moment sans qu’aucune personne ne parle. Il prit son courage à deux mains et tenta une discutions. « Je m’appelle Aiden Rylan Adams… Aiden c’est le prénom de mon père, tu sais truc genre Aiden junior… Alors quand j’ai eu dix-huit ans, j’ai demandé à ce qu’on m’appelle Rylan... » Il fit une pause. D’accord, c’était pas le meilleur sujet de conversation possible mais il était un peu trop mal alaise pour trouver un vrai sujet. « Mon père et ta sœur sont les seuls à m’appeler comme ça. » Ce silence et ce malaise devenaient pesants. Il savait qu’il aurait du partir, retourner à la fête. Personne ne viendrait le chercher ici puisque personne ne venait plus ici à part lui depuis que sa mère était partie. « Tu ne crois pas qu’on devrait parler de la nuit qu’on a passée ensemble ? » Voilà, la bombe était jetée.


B.DAVIS sur Bazzart.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et boum, la réalité t'explose à la gueule ft Thalia
Revenir en haut Aller en bas
Et boum, la réalité t'explose à la gueule ft Thalia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» Torg: le jeu de rôle de la guerre des réalités
» *Boum* *crack* *poui poui*
» BOUM
» [UPTOBOX] La Boum [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cisco's Way :: A Walk on San Francisco :: Pacific Heights :: Quartier résidentiel-
Sauter vers: