AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'oubliez pas de voter pour le forum et de up le sujet bazzart. On compte sur vous ♥
Merci de privilégier les bizuts !

Last night dinner (+) Azerty
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Walk on San Francisco :: Pacific Heights :: Quartier résidentiel
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Admin - Soeur Parks
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 23/08/2016
age : 23
messages : 280
MessageSujet: Last night dinner (+) Azerty Mer 12 Oct - 22:34

Last night dinner
feat. Elwyn
L’automne pointait le bout de son nez. Bien loin encore des feuilles rouges et des sentiers parsemés, on sentait déjà la température se rafraîchir et le ciel se voiler. Il était tôt, l’aube faisait à peine son apparition dans la ville, quelques voitures circulaient déjà, réveillant les habitants des immeubles habités. Un petit vent soufflait, doux mais bien présent, faisant se lever les cols des vestes et se refermer les manteaux. Malgré tout, la ville était encore endormie, gardant ses habitants bien au chaud le temps de quelques heures supplémentaires.

Dans cette maison classe et impétueuse se trouvait une jolie blonde endormie. Un rayon de soleil venait caresser sa joue, tandis que quelques unes de ses mèches de cheveux cachaient une partie de son front. Un drap de soie la couvrait de la taille jusqu’au genou, ses jambes fines allégrement sorties par-dessus le tissu fin et soyeux. Elle bougea les doigts, émit un petit soupir et plissa les paupières plusieurs fois, signifiant sa sortie du sommeil. Lorsque ses yeux finirent par s’entrouvrir, elle remarqua la présence d’une personnalité masculine à ses côtés. Les murs n’étaient pas ceux de sa chambre, qui se trouvait à quelques centaines de mètres de là. Ou peut-être plus. Il lui fallu quelques secondes pour identifier l’homme à ses côtés, dans ce lit qui n’était pas le sien, et encore un peu plus pour donner un nom à ce visage. Gardant le drap contre sa poitrine, elle se redressa et frotta l’arrière de son crâne avant de regarder autour d’elle. La chambre était plutôt bien aménagée mais cela ressemblait cruellement à une garçonnière. Un demi-sourire s’afficha sur son visage et elle s’étira sans gêne.

La veille au soir, un jeudi. Tatyana s’était préparée dans son propre appartement avec la volonté de faire apprécier à son galant rendez-vous sa féminité et sa classe. Il n’avait en tête d’elle pour l’instant qu’une actrice porno qu’il avait sauté dans un sauna et la jeune russe voulait toujours représenter plus que ça. Elle avait déjà pensé au fait qu’Elwyn paraissait intéressant – un petit peu plus que la moyenne des hommes – et ne voulait pas paraître moins digne. Non, elle ne cherchait pas à le séduire plus que ça… Elle n’en avait clairement pas besoin. Donnant un dernier coup de mascara sur ses cils bombés, elle fit claquer ses lèvres pour bien étaler son rouge à lèvres et se fit un clin d’œil dans le miroir de la salle de bain, avant de sautiller à moitié nue jusqu’à sa chambre. Peut-être allait-elle croiser un de ces colocataires, mais ce ne serait pas la première fois qu’il la voyait en petite tenue. Des beaux dessous en dentelle rouge qui rehaussaient sa peau pâle et lui donnaient un peu plus de poitrine qu’elle n’en avait vraiment. Elle choisit une robe bustier dans sa penderie et l’enfila d’une traite, n’hésitant pas à mettre la main dans son corset pour bien repositionner ses seins. Satisfaite, elle se hissa sur ses hauts talons argentés et se parfuma légèrement. Tout ce qu’il faut pour plaire sans faire la désespérée du vagin. Un dîner, rien de plus.
Le Uber signala son arrivée et elle s’y installa jusqu’à la demeure de son rendez-vous, quelques mètres plus loin. L’accueil fut particulièrement bon… le dîner aussi. Elle avait ri, mangé avec appétit et bien bu. Et fumé aussi.

Puis, le trou noir. Elle ne se souvenait pas du reste. De la façon dont sa belle robe bustier s’était retrouvé au sol, son corset à sa suite traînant au bout du lit. Elle ne portait même pas son string, dont elle ne retrouvait plus la trace visuelle. Il n’était pas courant qu’elle se réveille avec un tel trou dans la mémoire… devant une caméra qui clignotait encore. Fronçant les sourcils, elle chopa une chemise qui n’attendait qu’elle au sol et l’enfila avant de se diriger vers ladite caméra. À peine celle-ci en main, des mouvements dans le lit attirèrent son regard… Ah, le réveil du Fauve !

© MADE BY SEAWOLF.


TATYANA V. AZAROV

“Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles il ne pourrait voguer.” ©️shinouh


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Forever a Ciscan
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 23/08/2016
messages : 33
MessageSujet: Re: Last night dinner (+) Azerty Lun 17 Oct - 14:30
Des saunas, j’en avais connu. Ce n’était pas une pratique si rare après tout. Mais des saunas comme celui où Tatyana m’avait accompagné, il n’y en avait eu qu’un seul. Les choses avaient été vite, très vite, entre elle et moi. Elle m’avait pris sur le fait, en train d’admirer ses courbes postérieures, m’avait demandé de l’assister dans ses étirements puis était venu le moment du fameux sauna et de la sauvagerie charnelle qui s’en était suivi. Après être rentré chez moi, sans elle, j’avais longuement repensé à cette scène qui tournait en boucle dans mon esprit. Au-delà de l’érotisme évident, j’avais surtout été fasciné par la spontanéité dont nous avions fait preuve. Le fameux « feeling », sans doute. Il m’avait fallu écrire à ce sujet, enfin, plutôt gribouiller quelques lignes sans aucune construction, sans aucun but précis, sur des feuilles volantes, pour suivre une sorte de thérapie post-traumatique. J’avais décidément bien fait de l’inviter chez moi pour faire plus ample connaissance. Parce que oui, c’était bien de faire connaissance dont j’avais envie. Il y avait un temps pour tout et je n’aspirais pas qu’à connaitre les tréfonds de son être, pas physiques du moins. Pas que. Le dîner était donc l’occasion parfaite de discuter entre adultes dénués de désir mutuel. « Dénués de désir mutuel ». Voilà qui était vite dit. Le souvenir le plus lointain de cette soirée était l’arrivée de Tatyana, souriante, séduisante, callipyge. Le souvenir le plus proche, quant à lui, était cette dégustation excessive d’Hibiki dix-sept ans d’âge dans un salon légèrement enfumé par la consommation d’herbes médicinales. Entre les deux souvenirs, celui de gambas et noix de Saint-Jacques parfumées au lait de coco. Mais en dehors de ça, rien du tout. Ou plutôt pas grand-chose. Un baiser passionné entre deux lattes et puis vraiment plus rien à partir de là.

Vous connaissez cet entre-deux-mondes où vous croyez être réveillés mais ne parvenez pas à ouvrir les yeux, à émerger totalement ? J’étais encore passager de cette dimension là. Je croyais être pleinement conscient mais flottais encore dans ce monde sans pesanteur, les yeux clos. J’avais chaud au visage, sans doute parce que le soleil qui passait à travers la fenêtre, dont je n’avais visiblement pas fermé les volets, venait me le titiller. Chaud au visage donc, mais un frisson froid vint me rappeler que j’étais nu sous ce léger drap qui semblait bouger. Elle était donc encore là. A mes côtés. En m’étirant, j’émis un long gémissement qui marqua la fin de mon voyage dans l’entre-deux-mondes. Mes paupières se descellèrent et une vision floue s’offrit alors à moi. Il me fallu me frotter les yeux pour faire la mise au point et voir la scène de façon plus nette. Une tête blonde, de dos, le haut du corps caché par ma chemise. Elle était au pied du lit, bien trop loin de mes bras. Dans ces moments de réveil compliqué, j’avais besoin de tendresse, une tendresse dont elle me privait. Tu ne veux pas revenir te coucher ? exprimai-je d’une voix encore un peu endormie. Absence de réponse, ça devait certainement valoir un non. Déçu comme un enfant à qui on refuse l’imploration d’avoir le dernier jouet à la mode, j’ai soupiré avant de m’asseoir sur le bord du lit et de frotter à nouveau les yeux, puis les cheveux, douloureux. Je me suis levé et me suis dirigé, nu comme un ver, vers la sortie de la chambre, direction la cuisine. Je vais prépa… Non, je n’allais finalement pas préparer le petit-déjeuner. Pas tout de suite. J’avais quelque chose. Pas n’importe quoi. Tatyana tenait une caméra dans ses mains. Je l’avais bien vu, distraitement certes, mais je l’avais vu. Ce n’était pas un rêve, je n’étais plus dans l’entre-deux-mondes. J’ai tourné les talons et obtenu la confirmation visuelle : elle tenait une caméra. Ma caméra. Nous avions donc filmé nos ébats dans un état d’ivresse et de défonce avancé. Nouvelle étape dans notre relation qui n’avait définitivement rien de classique. Nouveau soupir, je suis revenu vers la belle blonde et me suis assis à ses côtés. Je ne sais pas toi mais ça pourrait sans doute m’aider à retrouver quelques souvenirs. On regarde ça ? J’avais toujours le même besoin de tendresse, je l’ai donc lentement enlacée et embrassée dans le cou, en attendant qu’elle démarre la vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Admin - Soeur Parks
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 23/08/2016
age : 23
messages : 280
MessageSujet: Re: Last night dinner (+) Azerty Mar 18 Oct - 16:45

Last night dinner
feat. Elwyn
Pas de réponse pour le bel écrivain qui s’étirait encore dans son lit, Tatyana garda le silence pendant qu’elle regardait le début de la vidéo, confirmant ainsi qu’ils s’étaient filmés en plein ébat. Certes, elle était actrice X donc se faire filmer pendant du sexe, c’était usuel pour elle, mais pas lorsqu’il s’agissait du privé. La russe agissait tout autrement quand elle avait des relations plus « privées » et elle se demandait si cette idée de se filmer venait d’elle ou de l’homme qui, sans plus de gêne, lui montra sa pleine nudité. Nul rougissement sur les joues de la jeune femme, habituée du sexe masculin, mais elle avait surtout la tête ailleurs. Elle débrancha le câble de la caméra reliée à l’ordinateur et s’assieds au bord du lit, toujours silencieuse. Elle ne savait pas comment annoncer à son amant ce qui s’était passé sans qu’il ne le prenne mal. Quelqu’un d’autre aurait pris ça pour de la corruption, un moyen d’obtenir de l’argent en menaçant de tout diffuser… Non franchement, Tatyana n’avait pas ce genre de pratique. Hormis son métier, on pouvait tout de même la qualifier de « fille bien ».

Finalement, elle n’eut pas besoin de le lui dire pour qu’il comprenne les événements de la nuit. Mais ce qui perturba le plus Tatyana, ce fut qu’Elwyn ne soit pas plus gêné que ça par la situation. Pas de fureur, d’accusation, de déception… C’était même plutôt inhabituel mais elle n’allait pas se plaindre, bien au contraire. Juste un soupir avait accompagné son geste de revenir vers elle pour en voir plus. Et lui faire une proposition qui la fit sourire par son originalité.

« Si tu n’y vois pas d’inconvénient, moi non plus ! »

Avait-elle simplement dit tout en allongeant ses longues jambes par-dessus celles de son compagnon de cinématographie. Tatyana avait déjà regardé ou entraperçu un de ses pornos, ce n’était donc pas un truc amateur qui allait la choquer. Se voir nue en train de faire l’amour, ce n’était pas si horrible… surtout quand le partenaire était à votre niveau. La russe aimait bien se juger et repérer les choses qu’elle faisait mal ou peu. C’était un moyen de se perfectionner comme un autre. Elle sourit aux baisers d’Elwyn et lança la vidéo.

La première fois qu’on puisse dire au sujet de leurs ébats, c’était qu’ils étaient très bons et plutôt bruyants, dans le genre. C’était à se demander comment les autres personnes avaient fait pour ne pas les entendre dans le sauna. Elwyn était très doué pour sortir de tels sons de sa gorge puisqu’en général, elle n’atteignait de tels décibels qu’en simulant. Et comme Tatyana ne se souvenait pas avoir simulé cette nuit… C’était possible, certes, mais elle n’en avait vraiment pas l’air. Ou alors bonne comédienne ? Sans sourciller, elle garda ses yeux rivés sur leur performance et pointa du doigt de temps en temps l’écran.

« Pas mal… Je trouve que cette position nous avantage ! »


Il devait vite comprendre qu’elle n’avait en aucun cas honte de tout ça. Et puis, ce n’était qu’une vidéo, pas le diable. La jeune russe se mit à rire de temps en temps, caressant du bout des doigts de sa main libre le torse ou la nuque de son amant. Geste inconscient qu’elle faisait souvent lorsqu’elle était à l’aise, dans son élément.

« Bon, ça ne te gêne pas si j’avance un peu ? C’est un peu… long. »

Ils n’allaient pas rester toute une heure à regarder ça quand même. C’était marrant à voir, mais c’est tout. Il fallait surtout en discuter et savoir ce que cela impliquait pour l’un comme pour l’autre. Tatyana craignait toujours qu’Elwyn le prenne mal. Cela la dérangerait de perdre un bon coup, tout de même, pour si peu. Elle fit avance rapide jusqu’à ce qu’on les aperçoive s’endormir l’un contre l’autre. Cette séquence fut celle qui la gêna le plus, bêtement et étonnamment. Ce n’était pas son genre d’être aussi câline avec des amants ! Elle devait vraiment être défoncée à ce moment-là pour ne se rendre compte de rien. Soupirant, elle referma le clapet de la caméra et la déposa sur le lit, à leurs côtés.

« Bien alors, qu’est-ce que t’en dis ? On envoie la copie à Marc Dorcel ou… ? »


© MADE BY SEAWOLF.


TATYANA V. AZAROV

“Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles il ne pourrait voguer.” ©️shinouh


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Forever a Ciscan
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 23/08/2016
messages : 33
MessageSujet: Re: Last night dinner (+) Azerty Mer 2 Nov - 23:31
Le Elwyn du matin était assez éloigné du Elwyn commun, détaché, parfois froid et distant. Le Elwyn du matin était câlin, tendre, presque amoureux. Je ne couchais pas avec des jeunes femmes dans l’unique but de me vider les couilles, non, j’avais besoin de chaleur humaine, de contact, d’une présence féminine à mes côtés. Pas tout le temps, certes, j’avais aussi besoin de me retrouver avec moi-même de temps en temps, mais la compagnie d’une femme était appréciable. Tatyana avait la peau extrêmement douce, c’était le message que semblait apporter mes lèvres à mon cerveau. J’entendais le « film » en fond mais avait le regard rivé sur cette épaule légèrement dénudée que j’avais sous les yeux. Oui, dénudée. Je n’avais pas pu m’empêcher de légèrement décaler le tissu de ma chemise qu’elle portait pour pouvoir continuer de l’embrasser ici et là. En plus d’être douce, sa peau était légèrement chaude. L’avait trop embrassée à cet endroit précis ? Sans doute. Je n’aurais sur dire combien de temps j’avais passé à m’y attarder. Beaucoup trop visiblement. Ou plutôt devrais-je dire « audiblement ». Oui parce que ce qui me ramena à notre activité du moment, à savoir le visionnage de nos œuvres, fut un cri que poussa la belle blonde. Dans la vidéo, pas sur l’instant présent. Si elle criait déjà, c’est que j’avais du louper le début des hostilités mais tant pis, le plus intéressant n’était pas encore passé.

C’était sans doute la première fois que je me retrouvais à me regarder en plein acte. Au travers d’un écran du moins. Il m’était déjà arrivé d’avoir un rapport sexuel en face d’un miroir, rapport où il y avait eu un troisième partenaire : l’Egocentrisme. Je me souviens de cette fois là où je m’étais plus regardé que je n’avais regardé ma partenaire du moment. Particulier mais pas déplaisant. J’avais été dans une sorte de compétition avec moi-même, comme si j’avais voulu montrer à mon propre reflet que j’étais plus performant que lui… Oui, le culte de la performance, sacré sujet. Pour en revenir à Tatyana et moi, je regardais avec un large sourire nos ébats fougueux, amusés par ce que je voyais bien qu’il n’y ait rien de très marrant. Disons que j’étais agréablement surpris par nous alors qu’il y avait eu une soirée d’excès d’alcools et de drogues avant ça. Coriace ! Pas mal ?! C’est tout ?! dis-je, faussement offusqué. Tu veux sans doute dire parfait ! Il est vrai que la position à l’écran nous mettait bien en valeur, malgré l’effort. Mon égocentrisme était toujours là et je n’arrivais pas à m’empêcher de jeter des petits coups d’œil prolongés à mon image. J’étais bon. Sacrément bon même ! Je regardais la blonde et remarquais qu’elle prenait la chose avec autant de légèreté que moi. Elle rigolait même. Ça, pour le coup, c’était moins flatteur, mais pourquoi pas après tout.

Elle avança jusqu’à la fin. Les râles furent plus longs puis le silence se fit jusqu’à ce que nos corps s’entrelacent. C’était beau. Je venais de voir une belle œuvre. Avec un beau jeu d’acteur, très sincère d’ailleurs. Je me suis étiré puis allongé sur le lit, amenant avec moi Tatyana. C'est plutôt à toi de me dire ce que t'en dis! Et pour Dorcel... c’est peut-être un peu risqué pour moi que cette vidéo sorte. Tu sais, je suis prof à l’université… C’est mal vu. Mais on peut la garder pour nous si tu veux. Je l’ai embrassé mais n’ai pas abusé de démonstration de tendresse - le Elwyn commun revenait peu à peu – pour me relever ensuite, toujours nu comme un ver. D’après ce que j’ai vu, il semblerait que nous ayons besoin de reprendre des forces. Je t’attends à la cuisine.

Jus d’oranges pressées, brioche et confitures maisons étaient au rendez vous. Le café fumant et l’eau bouillante également selon les goûts de Tatyana. Il ne manquait plus qu’elle. Sifflotant, je lisais les nouvelles sur mon téléphone. Un attaque à la bombe dans tel coin du monde, un putsch dans tel autre, rien d’inhabituel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Story of your life
I want you to know:
Tell you about my friends :
Admin - Soeur Parks
Voir le profil de l'utilisateur
Ciscan depuis le : 23/08/2016
age : 23
messages : 280
MessageSujet: Re: Last night dinner (+) Azerty Dim 13 Nov - 14:20

Last night dinner
feat. Elwyn
Ils n’avaient pas de honte à avoir, ni l’un ni l’autre. Ni même à envier qui que ce soit sur cette Terre. Tatyana et Elwyn s’étaient vraiment bien débrouillés cette nuit et elle en était plutôt fière. Si elle était habituée à devoir être vu dans une caméra, la jeune femme ne s’était jamais aperçue dans une vraie « relation sexuelle » et il faut dire qu’elle était plutôt bonne à ce jeu-là. Enfin, quand on regardait le tableau qu’ils formaient, on ne pouvait qu’avoir ce résultat n’est-ce pas ? Amusée par toute cette scène et les commentaires de son amant en fond sonore, elle finit par éteindre la caméra juste avant de se retrouver tirée en arrière sur le doux lit d’Elwyn, franchement agréable pour son dos de travailleuse. Oui, une cambrure de rein, ça se travaille…

« Je plaisantais bien évidemment. Non seulement tu ne veux pas de cette pub, mais j’ai également signé un contrat de projection cinématographique exclusif et il est hors de question que je me retrouve devant les tribunaux pour ça ! Quand bien même ce fut bon et salvateur. Gardons-la néanmoins, j’ai hâte de voir ta tête quand je te ferais chanter avec… »

La tendresse dont il avait pu faire preuve un court instant pendant les premiers moments de son lever finit par s’évaporer en un instant et Tatyana retrouva le bon vieil Elwyn qu’elle connaissait – pour peu qu’elle en sache à son sujet. Il faut dire qu’ils n’avaient eu que deux entrevues dont les 100% s’étaient terminés par une partie de jambes en l’air… On ne peut pas dire que niveau littérature et expression de sentiments, il y ait eu des pavés d’informations. La jeune russe ne s’en plaignait pas, puisque son amant n’en avait pas demandé et qu’elle-même ne désirait pas forcément en savoir plus à son sujet. Déjà, savoir qu’il était professeur dans son université suffisait à rendre la chose piquante. Pourquoi s’attarder sur des détails du style « tu étais marié mais tu ne l’es plus, pourquoi ? ». Non, elle s’en foutait bien.

L’homme finit par partir de la chambre, lui laissant l’agréable vue de son fessier sur le départ, et Tatyana inspira longuement allongée sur le dos avant de daigner se lever à son tour. Il sentait très bon dans la cuisine de ce cher Elwyn et elle commençait à avoir réellement une faim de loup. De celle qui vous tord les boyaux. Gardant un peu de sa dignité et de son charisme, elle ajusta la chemise sur son corps longiligne et s’assura d’avoir un sous-vêtement présentable, avant de réorganiser sa touffe blonde et de suivre les effluves de café qui se disséminaient un peu partout dans la demeure gigantesque. D’ailleurs, comment un simple professeur pouvait se payer un tel domaine ?
Arrivée au lieu phare de la nourriture, elle attrapa un verre de jus d’oranges pressées et se l’enfila sec, appréciant la froideur et le sucré de cette boisson qui lui redonna ce qu’il lui fallait de pep’s pour rejoindre son amant, assis les yeux rivés sur son écran de téléphone… À lire des messages coquins ? Ce serait marrant. Eh non, passez votre chemin, Tatyana n’était pas jalouse et voudrait même partager ses propres sms cochons avec lui s’il le souhaitait. En attendant, elle se saisit d’une tasse de café et l’entourant de ses deux mains fines blanches, elle se laissa aller sur le canapé, les jambes élégamment croisées posées sur celles d’Elwyn. Elle dégusta son breuvage et eut un petit soupire de satisfaction.

« Comme je l’aime, c’est parfait. Alors, des nouvelles du monde ? »


Ses yeux firent un petit tour du propriétaire, dont elle avait quelques vagues souvenirs provenant du dîner de la veille. Ah, sa robe, elle était là ! Ce n’était pas sans surprise d’ailleurs qu’elle la distinguait au sol. Ah, la folie de la passion, il n’y avait rien de mieux pour foutre le bordel dans une maison qui semblait bien entretenue.
Très peu adepte de la parlotte inutile, Tatyana se contenta de rester silencieuse à déguster son café, se réchauffer et par la même occasion, observer son Adam. C’était un sentiment étrange que d’être là à faire comme si tout était normal, comme si c’était une habitude. Généralement, la jeune russe ne restait que rarement aux domiciles de ses amants… Mais bon, celui-ci était une exception, de domicile, puisqu’il était pourvu de tout ce dont une femme avait besoin. À part peut-être des tampons ? À vérifier…

« Au fait, rappelle-moi, t’es prof de quoi ? Langues vivantes ? »

Petit sourire en coin de la part de la jeune femme qui, oui, se pensait drôle avec sa petite allusion aux vertus d’Elwyn en matière de préliminaires féminins. Eh, ce n’était pas souvent qu’un homme acceptait si facilement de prendre son temps pour ça…

© MADE BY SEAWOLF.


TATYANA V. AZAROV

“Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles il ne pourrait voguer.” ©️shinouh


   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Last night dinner (+) Azerty
Revenir en haut Aller en bas
Last night dinner (+) Azerty
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cisco's Way :: A Walk on San Francisco :: Pacific Heights :: Quartier résidentiel-
Sauter vers: